Actualités

Monampteuil

La fédération Familles rurales de l’Aisne aide les aînés connectés à surfer

en toute tranquillité et à savoir déjouer, notamment, les pièges de la toile.

                                                                                                                                      Par L'union | Publié le 30/10/2018 à 18h10

Lunion

Dans le cadre de son programme « Bien vieillir en milieu rural », la fédération Familles rurales de l’Aisne a mis en place un cycle de cinq ateliers sur la thématique des aînés connectés.

« C’est un programme pour lequel nous avons une aide de la Conférence des financeurs du Département de l’Aisne », explique Cathy Mahu. « Trois associations Familles rurales, Urcel, Crépy et Vailly-sur-Aisne ont répondu à notre proposition. Il y a trois ateliers qui se déroulent dans les locaux de chaque association, les deux autres chez nous à la fédération », complète-t-elle.

Animateur à la fédération, Clément Cousin se déplace justement dans les associations avec des tablettes que chacun peut prendre en mains et apprivoiser avant de totalement maîtriser. « Il y a vraiment des niveaux différents. Certains n’ont jamais touché une tablette », note Clément Cousin.

Des cadeaux des enfants

« Ce sont parfois les enfants qui ont offert la tablette, mais ensuite la personne doit se débrouiller avec », relève Cathy Mahu, aux yeux de laquelle « parler des dangers d’internet, c’était aussi indispensable ».

Familles rurales a fait appel à un spécialiste en informatique du Laonnois qui a justement l’habitude de travailler avec les seniors. Christophe Detrez a créé son activité Infozen avec le statut d’autoentrepreneur il y a deux ans. « Je fais à 75 ou 80 % de mes interventions à domicile », explique l’informaticien.

«Il ne faut pas avoir peur d’Internet, juste être vigilant et faire preuve de bon sens»        Christophe Detrez

Mardi, le message délivré aux aînés réunis à Monampteuil était clair : « Il ne faut pas avoir peur d’Internet, juste être vigilant et faire preuve de bon sens. » Face à ce public de seniors plus ou moins connectés, Christophe Detrez a passé en revue les pièges qu’on peut déjouer (assez) facilement, avec des exemples concrets à l’appui, qu’il s’agisse de mails frauduleux émanant de fausses banques ou de la messagerie piratée d’un proche, d’achats en ligne, de téléchargements, ou de navigation sur les réseaux sociaux.

Au-delà des bons conseils donnés par l’intervenant, ces ateliers sont aussi, pour Cathy Mahu, l’occasion d’échanges moins virtuels que sur la toile et de créer du lien qui ne soit pas… malveillant.

 Philippe Robin